• <menu id="mwusk"><tt id="mwusk"></tt></menu>
    <menu id="mwusk"></menu>
  • <menu id="mwusk"></menu>
    <nav id="mwusk"><strong id="mwusk"></strong></nav>

    Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

    Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>La Chaire du Louvre 2020Peindre l'architecture durant la...

    • Carrousel Chaire 2020_Giuliano da Sangallo, Cité idéale (détail), 2de moitié des années 1480, Berlin, Gem?ldegalerie - 940x250px

    Cycle de conférences et colloques La Chaire du Louvre 2020
    Peindre l'architecture durant la Renaissance italienne

    Cinq conférences, du 28 septembre au 12 octobre 2020
    par Sabine Frommel, directeur d’études (Histoire de l’art de la Renaissance) à l’École pratique des hautes études-PSL.

    Les conférences de la Chaire du Louvre sont retransmises en direct sur la chaine YouTube du musée du Louvre.

    Conférence "en live" le 12 octobre 2020

    Dès l’aube de la Renaissance, la mise au point de la perspective centrale et les tentatives d’appropriation de l’héritage classique ont favorisé le renouveau de la représentation fictive de l’architecture. Cette tradition léguée par l’Antiquité romaine avait connu, sous des conditions certes différentes, un premier essor en Italie à partir de la fin du 13e siècle. La fortune dont cette pratique bénéficia est surtout due à des artistes au profil
    polyvalent suscitant des interactions et des glissements entre les genres artistiques. Le « peintre-architecte » recourut à la toile ou la paroi, moins contraignantes que les matériaux de construction, pour expérimenter de nouvelles typologies et de nouveaux langages jusqu’à concevoir de véritables projets d’architecture. 

    Avec le soutien de Henri Schiller, mécène du musée du Louvre et fondateur du cycle de conférences de la Chaire du Louvre

    Les enjeux sont multiples et vont de l’évocation d’un contexte historique, souvent guidée par un souci d’authenticité, en passant par l’adoption ou même la critique de créations récentes, jusqu’à la vision de la ville idéale et l’illustration d’une théorie.

    En s’interrogeant sur l’apport des tableaux de chevalet, fresques, dessins, tapisseries, marqueteries ou reliefs, on perçoit mieux les contaminations entre les sphères réelle et virtuelle et ainsi l’évolution des langages architecturaux. Propice à exprimer de manière éloquente des valeurs narratives et symboliques, l’espace illusionniste et le monument feint connurent un formidable essor au service des concepts religieux, des idéologies politiques ou encore des stratégies de légitimation et d’autoglorification des souverains et des princes de l’Église. Favorisée par la gravure et les traités, la dissémination en Europe du riche éventail de modèles forgés dans les centres artistiques de la péninsule comme
    Florence et Rome incita à des synthèses inédites avec des traditions locales et des adaptations aux nouveaux penchants artistiques.

    « L’artiste de la Renaissance assumant un profil polymorphe, capable de s’exprimer dans différents genres artistiques et de concilier théorie et pratique, la quête du renouveau des moyens d’expression prit conjointement en charge des formules monumentales et celles liées au domaine figuratif. De fait, le papier et la toile, offrant des supports plus souples et “tolérants”, certaines réflexions théoriques y furent assimilées avec plus de facilité qu’au sein d’un projet architectural ou d’un chantier. Ces passages et ces croisements sont susceptibles d’éclaircir certains aspects des évolutions morphologiques, puisqu’ils ont frayé à l’architecte-peintre un chemin vers des expérimentations auxquelles le praticien, continuellement confronté à des contraintes techniques et physiques, ne put recourir.

    Souvent sous forme de ruine, les édifices imaginés bénéficièrent d’un épanouissement particulier parmi les dessins et tableaux figurant des sujets religieux, où ils répondent à un double objectif : évocation du grand patrimoine vénéré de l’Antiquité romaine et, par leur état précaire, visualisation d’une tradition révolue qui a cédé la place à la religion chrétienne. Entre l’ère païenne vaincue, mais glorifiée comme idéal des expressions artistiques de l’âge de l’humanisme, et un culte d’images approprié aux sujets bibliques, apparaît une contradiction qui mène au coeur des élaborations de la Renaissance italienne. »

    Agenda des expositions et évenements
    D L M M J V S
    29 30 1 2 3 4 5
    6 7 8 9 10 11 12
    13 14 15 16 17 18 19
    20 21 22 23 24 25 26
    27 28 29 30 31 1 2

    Toute la programmation

    Documents liés

    Précédent Suivant


    Parcours de visite, Publication, Accrochage, Exposition

    Parcours de visite
    Sabine Frommel vous invite à regarder quelques oeuvres du musée du Louvre à travers notamment les architectures fictives qui y sont représentées.

    Publication
    Sabine Frommel, Peindre l’architecture durant la Renaissance italienne : origines, évolution, transmission d’une pratique polyvalente,
    Coédition Hazan / musée du Louvre.
    Séance du 5 octobre 2020 suivie de la vente du livre de Sabine Frommel et échanges avec l’auteure.

    Accrochage
    Du 28 septembre 2020 au 25 janvier 2021, Rotonde Sully nord.
    En lien avec les thèmes de cette Chaire, le département des Arts graphiques présente dans sa salle de médiation une sélection d’une trentaine de dessins, gravures et miniatures italiennes et françaises, montrant des scènes d’histoire ou des paysages où le décor d’architectures antiquisantes sert l’iconographie.
    Des visites gratuites avec des conservateurs sont programmées à 17h30, avant les quatre conférences du mois d’octobre.

    A découvrir également
    Du 22 octobre 2020 au 18 janvier 2021, l’exposition « Le Corps et l’Âme. De Donatello à Michel-Ange. Sculptures italiennes de la Renaissance » se tiendra au Louvre.
    Plus de 150 oeuvres permettront de dégager les lignes de force qui cheminent en Italie durant la seconde moitié du Quattrocento pour aboutir, au début du 16e siècle,
    à un moment d’apogée de la sculpture de la Renaissance.


    Informations pratiques

    Lieu :
    Auditorium du Louvre

    Tarifs
    À l’unité : 4 € (tarif unique)
    Abonnement au cycle : 20 € avec accès gratuit aux collections permanentes du musée les jours des conférences.
    Entrée gratuite pour les Amis du Louvre, les adhérents de la carte Louvre Professionnels, les étudiants en art, histoire de l’art et architecture et pour les jeunes de moins de 26 ans.


    澳门六开彩开奖结果2020