• <menu id="mwusk"><tt id="mwusk"></tt></menu>
    <menu id="mwusk"></menu>
  • <menu id="mwusk"></menu>
    <nav id="mwusk"><strong id="mwusk"></strong></nav>

    Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

    Accueil>?uvres & Palais>Collections et départements>L'Imposition de la chasuble à saint Ildefonse

    L'Imposition de la chasuble à saint Ildefonse

    ? 1997 RMN / Gérard Blot

    Peintures
    Peinture espagnole

    Auteur(s) :
    Michèle Perny

    Ce monumental et splendide panneau décrivant le miracle de saint-Ildefonse constitue la partie centrale d’un retable et donne son nom à un peintre castillan actif dans les dernières années du XVe siècle. Il provient certainement d’une église de Valladolid, hypotèse confirmée à la fois par la consécration à saint-Ildefonse d’une chapelle de l’ancienne collégiale de cette ville de Castille, mais également par l’engouement certain suscité en Espagne à cette époque par la légende de ce saint.

    Le miracle de saint-Ildefonse

    Au VIIIe siècle, Ildefonse alors archevêque de Tolède, menant combat contre l’hérésie et par ailleurs auteur d’un traité sur la virginité? de Marie, fut l’objet d’un miracle supposé s’être produit le jour de la grande fête de la Vierge. La légende rapporte en effet qu’à peine le seuil de la cathédrale franchi par Ildefonse, une vive lumière éclaira alors l’autel et la Vierge apparut soudain au prélat pour lui remettre une chasuble d’or.
    La scène représentée ici reste fidèle au récit prodigieux. Ildefonse est agenouillé en prière devant la Vierge couronnée, qui, assise sur un magnifique tr?ne à dais, présente, secondée par un ange, la chasuble de brocart au saint. A droite, figure un groupe de saintes martyres dont sainte-Catherine, sainte-Agathe, sainte-Lucie et sainte-Apolline, et devant elles, peut-être sainte Léocadie de Tolède, avec au premier plan aux c?tés de la Vierge tr?nante, saint-Antoine, les mains jointes.
    Sur la gauche, quatre anges : l’un tenant la précieuse chasuble, l’autre présentant la mitre épiscopale, tandis qu’un troisième, de profil, laisse la place au quatrième, vu de face, tenant dans sa main droite une lourde crosse d’orfèvrerie. Deux angelots portant chacun un petit vase à encens à la main, balancent un encensoir au-dessus de la scène.

    Un changement d'attribution

    Lors de l’acquisition de ce panneau, ce dernier fut considéré d’emblée comme une oeuvre de Luis Dalmau, ma?tre flamand espagnol du XVème siècle. Cependant, l’?uvre fut rattachée assez rapidement à? la Castille, présentant en réalité des analogies certaines avec d’autres peintures castillanes. Les spécialistes s’accordant à définir sous ce nom de convention "Ma?tre de saint-Ildefonse" plusieurs ?uvres manifestement de la même main, estimèrent effectivement qu’une seule et même personnalité artistique inconnue les aurait réalisées. Cet artiste domina sans aucun doute la région de Tolède et de Valladolid, interprétant en langage castillan les vieux modèles flamands d’une manière toute personnelle et originale. Les effets lumineux contrastés, les nombreux plis cassés des vêtements des personnages, le modèle simplifié des visages témoignent nettement de cette "hispanisation" de la plastique flamande.

    Une influence flamande

    C’est en Castille que l’influence de la peinture flamande s’exer?a le plus profondément, et le plus tardivement, probablement depuis le voyage de Van Eyck, venu en 1428 faire le portrait de la jeune infante du Portugal, fiancée de Philippe le Bon. Na?tra alors au milieu du siècle, une véritable école hispano-flamande, dont les centres importants étaient Valladolid, mais aussi Burgos et Palencia.
    Le même sujet a été traité plus tardivement par Greco, puis par Murillo dans un tableau célèbre du musée du Prado, et enfin par Vélasquez dans une peinture du palais archiépiscopal de Séville.

    Bibliographie

    - RESSORT Claudie , GERARD POWELL Véronique, Catalogue des écoles espagnole et portugaise, musée du Louvre,?Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 2002.

    Cartel

    • Ma?tre de SAINT ILDEFONSE (Actif en Castille (Tolède et Valladolid) à la fin du XVe siècle)

      L'Imposition de la chasuble à saint Ildefonse

    • H. : 2,30 m. ; L. : 1,67 m.

    • Acquis en 1904 , 1904

      R.F. 1537

    • Peintures

      Aile Denon
      1er étage
      Huguet
      Salle 731

    Informations pratiques

    Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

    Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

    Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

    Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

    Nous vous remercions de votre compréhension. 


    澳门六开彩开奖结果2020